Happiness Project : Avril


1-Mindfulness

Pourquoi ce thème :

Ça fait des mois que je parle de ça avec Unicorn. Qu’il faudrait faire de la méditation pour se détendre (parce qu’en vrai, on a quand même un boulot stressant, hein, malgré l’éloge que j’en fais. C’est simplement parce que j’adore écrire que ça me plait). Au départ, c’était surtout sur le ton de la rigolade. On se moquait en disant que ça ne servirait pas à grand chose. Mais à force, l’idée a tout de même commencer à faire son bout de chemin. Et en lisant ces livres sur le bonheur, la méditation revient à chaque fois. Mindfulness, c’est encore plus que juste de la méditation. Mais c’est la pierre de base, et juste un thème méditation, ça n’allait pas. Il fallait plus que ça.

Pourquoi ces objectifs :

  • Méditation : Eh bien, je crois que je décris ça déjà pas mal au premier point. Mais surtout, j’avais commencé avant même le commencement de mon Happiness project. Je me suis décidée pour ce projet début Avril (2 ou 3, voire peut-être même le 6-7), mais j’avais commencé la méditation depuis fin Mars. Avec le projet, ça me permettait de vraiment faire les choses bien, et pas seulement tester entre deux Mochas.
  • Prêter attention : Avec la vie de tous les jours, j’ai remarqué que de moins en moins de monde fait attention à ce qu’il y a autour de lui. Tout tourne autour de notre propre nombril, et ça ne nous rend pas forcément plus heureux. Et ce sont justement les petites choses qui nous font du bien.
  • Prend le temps : Encore pire que l’attention, le temps. Tout le monde court après le temps. On reste éveillé plus tard parce qu’on veut faire ci, et finir ça. On mange notre petit déjeuné en se maquillant et on se brosse les dents en prenant sa douche. On court, tout le temps. Mais est-ce que c’est vraiment nécéssaire ?
  • Etre curieux : Pendant longtemps, j’ai été curieuse. C’est même une des premières qualités qu’on me trouvait en parlant de moi. Puis un jour, ça s’est arrêter….mais pourquoi ? Je ne parle pas de curiosité malsaine, prendre le téléphone de GeekChéri pour voir qui lui écrit (jamais. De toute façon, je ne me souviens jamais de son code). Mais plutôt Pourquoi le ciel est bleu ? Pourquoi un gamin a choisi de dessiner une voiture quand le thème était les fleurs. Ces petites curiosités comme ça.

YEc7WB6ASDydBTw6GDlF_antalya-beach-lulu

Comment je me suis organisée :

Pour la méditation, il fallait clairement que je me pose dix minutes tranquille. A quel moment je suis vraiment tranquille ? Le matin. Du coup, au lieu de me lever à 5h30 et 6h30 (en fonction de mes horaires de commencement du boulot), j’ai mis le réveil 10 minutes plus tôt, à 5h20 et 6h20. Et je continue de toute façon de me lever 1 à 2 heures avant GeekChéri pendant nos jours de congés, donc là, j’avais d’avance le temps.

Pour prendre le temps, c’est plutôt assez simple, ça va avec tout. Au boulot, en cuisine, dans l’écriture d’un articl, dans l’Art & Craft, etc. Au besoin, pour bien s’isoler et ne pas être dérangée par le monde qui court, je met le casque sur les oreilles, avec de la musique classique (ma nouvelle lubie).

Prêter attention et être curieux, c’est un poil plus compliqué, car là, ça marche moins avec tout. J’avoue qu’au moment de commencer le mois, je ne savais pas comment j’allais faire, et je suis restée sur « I’ll see how it goes » (je vais voir comment les choses se présenteront).

Comment ça s’est passé :

La méditation fut un succès, sans doute parce que finalement, j’avais déjà l’esprit qui s’y prêtait et surtout parce que je pouvait établir un calendrier pour ça. Surtout les 30 jours du mois d’Avril, il n’y a qu’une petite demie-douzaine de jour que j’ai loupé (pour commater dans le canap parce que je me suis levée crevée. Donc en soi, pas très différent en fait). J’ai pleinement rempli cet objectif, même si je ne sais pas encore vraiment si ça se voit dans mon comportement. J’ai bien réussi à gérer les premiers jours quand les parents de GeekChéri étaient là. Mais sur la fin de la semaine, ça a été beaucoup moins évident, car si d’habitude, j’ai plein de temps pour moi le matin (je me lève souvent à 6h), depuis le retour de Galway, on s’est couché tard, donc je me suis levée tard, et je n’ai plus eu une minute de tranquillité pour pouvoir méditer tranquillement (beaucoup de tranquille en une phrase). Vivement Mardi pour que je puisse reprendre mes habitudes.

Screen Shot 2016-05-01 at 10.22.28

Prêter attention fut beaucoup plus difficile que ce que je pensais. Sans doute parce que je n’avais pas beaucoup d’idées de comment faire. Et peut-être que ça venait de la personne aussi. Je fais toujours attention à ce que GeekChéri pourrait ressentir, même si parfois, j’ai un peu de mal à le montrer. Par contre, c’était un peu au diable le gamin qui voulait traverser la route.

Prendre le temps, j’ai mis un peu de temps à passer la seconde, justement. On va dire aussi que si on ne multitâche pas et qu’on prend le temps de se concentrer sur une tâche à la fois, on est vu comme quelqu’un de faignant et non ambitieux. Il m’a fallu un peu de temps pour ne plus me soucier de ce préjugé, mais à partir de la mi-Avril, j’ai finalement commencé. Je n’en suis toujours qu’aux balbutiements, mais je continue à prendre le temps de prendre mon temps, et je m’améliore un peu plus chaque jour. Le mieux dans tout ça, c’est que ça ne se reflète pas sur mon travail « effectif », les clients forcément adorant qu’on prenne le temps pour eux, et après presque deux ans, j’ai enfin réussi à comprendre que je suis bonne techniquement, ce qui fait que je ne perde donc plus de temps à chercher des choses que je savais déjà. Prendre le temps, c’est aussi croire en ces capacités.

Être curieuse a été très compliqué, comme prêter attention. Le fait que je n’avais pas vraiment de bases pour remplir ces objectifs n’a certainement pas aider. J’ai tenté tout de même, quand par exemple GeekChéri voulait aller voir un film qui ne m’attirait absolument pas. Mais lui-même a changé d’avis entre temps, et on n’y est donc pas aller. J’ai aussi postuler à un autre poste, juste pour voir, mais les vacances font que je n’ai pas été retenu pour un entretien. Bref, je n’ai pas réussi à retrouver la curiosité enfantine que j’avais avant, mais je ne désespère pas, ça peut très bien revenir.

thailand-buddhists-monks-and-50709

Ce que j’en retiens :

Même si je n’ai pas réussi à suivre tout mes objectifs, j’ai réussi mon objectif principal, avec une facilité assez déconcertante en plus. Ça m’a fait réaliser que finalement, j’étais déjà pas mal « self aware » (consciente), car même si je n’en avais pas fait une habitude, il m’arrivait de temps en temps de me poser à ne rien faire, juste réfléchir. Le challenge était justement de ne plus penser constamment, mais j’ai rapidement trouver un mantra pour m’aider avec ça.

Prendre le temps permet également d’être largement plus détendue. J’ai une assez bonne tolérance au stress, mais prendre le temps, ne pas faire 3-4 choses en même temps, vraiment, ça détent. En plus, ça apporte une satisfaction en plus : comme j’ai pris le temps de faire ce que je voulais faire, sans faire autre chose en même temps, je le fais bien, mieux, et finalement plus vite. Le paradoxe de l’extrême : prendre le temps pour gagner du temps.
Il y a encore des petits couacs, comme le jour où on est allé à l’aéroport, je pensais un moment qu’on n’aurait pas le temps de tout faire, mais finalement, on était prêt largement dans les temps.

 

Et le mois prochain ? 

Je vais travailler mon Energie. Il parait que le sport permet de justement être plus énergique. J’ai beau avoir fait 7 ans de danse et que je n’étais pas mauvaise en sport à l’école, je ne suis vraiment pas fan. Et pourtant, sur les conseils de la Physio (physiothérapeute, une kiné en gros, que je suis allée voir pour voir ce que c’était), j’ai commencé des étirements, et ce n’est finalement pas désagréable. Mon objectif principal sera donc le yoga, pour rester dans l’optique de méditation. J’ai déjà trouvé le centre où je vais aller, avec des horaires « à la con » qui conviennent parfaitement à mes horaires de boulot ( sauf le cours gratuit qui est le samedi midi, quand je bosse, mais on ne peut pas tout avoir). Il ne faudrait juste pas que je perde de vue les autres objectifs du mois de Mai, et ne pas perdre les habitudes d’Avril.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire contre un peu de soleil Irlandais ?

0 commentaires sur “Happiness Project : Avril

  • juneandcie

    Je suis impressionnée par ton application et ta détermination. J’avoue essayer de faire des efforts sur moi-même de façon générale. Mais se lancer dans un tel programme, je ne sais pas si j’en serais capable.

    • LadySo Auteur du billet

      Merci 😀
      C’est justement parce que je sais que je ne tiendrais pas les efforts que je pourrais faire que j’ai fais un programme. On va voir comment la suite se passe !