The Hobbit : The desolation of Smaug 8


Après avoir fait une mini-syncope en découvrant que la sortie anglaise était deux jours après la sortie française, je suis allée voir le Hobbit.

movies-the-hobbit-desolation-of-smaug-poster

Il faut savoir que la trilogie du Seigneur des Anneaux et moi, c’est une très très grande histoire d’amour. Qui n’avait certes pas très commencé puisque jusqu’en 2003, je n’avais jamais voulu regarder les films par peur d’avoir peur. Puis, je suis tombée dedans, j’ai lu les livres et depuis, je ne peux plus m’en passer.
J’ai pas mal de Tolkien dans ma bibliothèque,  mais il n’y en a que deux que j’ai vraiment lu : Le Hobbit et le Seigneur des Anneaux. Tolkien est quand même dur à lire. Tout comme je ne suis pas fan de Jackson quand il faut autre chose que du Tolkien. En fait, je suis une Jackson-tolkienne !

Autant dire que quand j’ai appris que Le Hobbit allait finalement être adapté, j’ai sauté de joie. Avec en plus Martin Freeman, Aiden Turner, Richard Armitage et Sylverster McCoy au casting, j’en était toute joie. J’étais moins fan d’apprendre que c’était Del Toro qui devait le réaliser. Pas que je n’aime pas le mec, mais plutôt parce que je ne connaissais pas son travail et que j’avais entendu dire que ce qu’il faisait était parfois un peu étrange. Mais Jackson est finalement revenu et là, j’étais définitvement perdue à la cause.

HBT2-044512r

J’avais déjà adoré  »An Unexpected Journey », où je retrouvais tout l’univers du Seigneur des Anneaux sans que ça ne fasse trop copier-coller.
Mais avec  »The Desolation of Smaug », je m’y suis carrément noyée. Il est encore mieux que le premier et j’oserais presque dire qu’il est encore meilleur que que la trilogie du Seigneur des Anneaux.

On y retrouve de l’action, de la réflexion, des scènes grandioses, des paysages époustouflants. On voit bien comment l’anneau commence à corrompre Bilbo, qui s’en rend compte, mais ne parvient pas à s’en libérer. On voit Gandalf qui est déchiré entre aider ces amis et aider la Terre du Milieu. On y voit un Legolas moins mature, plus impétueux.  L’ajout providentiel vient avec Tauriel, qui n’existe pas dans l’univers de Tolkien. J’avoue qu’au départ, j’ai été un peu indigné de voir que Jackson s’accordait autant de liberté avec le livre, mais en voyant le film, on se rend compte qu’elle manque dans le livre, justement. On ne voit pas une femme dans le livre, ou vraiment très peu et elles n’ont pas d’importance. Tauriel apporte àla fois de la fraicheur et de la badasserie ! Bon, le triangle amoureux qu’elle forme avec notre elfe aux cheveux blond/blanc et un des nains me passe quelque peu au dessus des cheveux, mais reste que ça manquait quand même au livre.

The-Hobbit_-The-Desolation-of-Smaug-teaser-still

Martin Freeman est un homme qui ne cessera pas de m’étonner. J’ai déjà toujours du mal à me faire à l’idée qu’il est acteur (je ne sais pas pourquoi, mais je trouve qu’il n’a vraiment pas une tête d’acteur) et en plus, il a une espèce d’humour noir rude très étrange (et dans certains cas, je dirais même presque blessant) tout en ayant l’air d’être quelqu’un de vraiment adorable. On va dire que Martin est un pur anglais. Mais il est parfait dans le rôle de Bilbo.
Dans les autres rôles qui m’ont marqué, il faut aussi cité Aidan Turner en Kili. Je dois avouer que Aidan Turner, ça a été un peu son année, avec moi. Avec en début d’année, la découverte de « Being Human UK« , en milieu d’année « The Mortal Instruments : City of Bones » et en cette fin d’année, « The Hobbit » donc. Bref un petit irlandais comme je les aime et qui a réussi à me faire aimer les nains (parce que Gimli, je l’aimais bien, mais pas à ce point-là. Comme le reste de la compagnie d’ailleurs…A part Fili, mais Fili étant le frère de Kili, c’est normal que je l’aime bien aussi…)
Luke Evans en Bard est une belle surprise. Veuf avec trois gosses sur les bras, il fait ce qu’il peut pour survivre, mais parvient à s’occuper des problèmes de la ville quand même. Et Evans le sert vraiment bien.
L’autre vraie belle surprise, c’est Tauriel, jouée par Evangeline Lily. Comme je l’ai dis plus haut, j’avais très peur de cet ajout, encore plus joué par une actrice qui ne m’inspirait pas plus que ça. Mais le personnage s’intègre à merveille à l’intrigue et Lily n’est pas aussi terrible que je le croyais. D’ailleurs, je ne me rappelle même plus pourquoi je ne l’aimais pas dans Lost. Mais là, rien à redire, c’est parfait.
Et enfin, l’acteur vraiment magique de cet épisode est un acteur qui n’apparait même pas physiquement dans le film. Choisir Benedict Cumberbatch pour faire la voix de Smaug (et accessoirement, la silhouette du Necromancer…), c’était juste le choix de génie. Avec sa voix grave à en faire frissonner plus d’un et d’une, et la majesté du dragon, c’est juste magnifique. Je pourrais l’écouter parler pendant des heures. D’ailleurs, Sherlock revient, je vais pouvoir faire le plein de Cumberbatch (et de Martin Freeman aussi, d’ailleurs. En tout bien tout honneur, of course)
Deux petits bémols, quand même : Dans ce film, Legolas, alias Orlando Bloom, est une vraie tête à claques. Autant je l’adore dans « Le Seigneur des Anneaux« , autant là, j’ai envie de dire « p’tit con« . Egalement Stephen Fry dans le rôle du chef de LakeTown (désolé, j’ai oublié le nom français…). Déjà, c’est un personnage qui ne m’avait pas marqué dans le bouquin (je ne me rappelais plus du tout de lui), mais en plus, ce n’est pas un acteur que j’aime plus que ça. Ce n’est pas un registre qui lui va vraiment, je trouve. Mais ni l’un ni l’autre n’enlève à la qualité du film.

smaug1

Malgré de belles libertés par rapport au livre (par exemple, dans le livre, TOUS les nains vont à la Montagne Solitaire, et dans le film, il y en a 4 qui restent à LakeTown. Mais ils ont une bonne raison et le scénario a été modifié d’une main de maitre), ce film est excellent et il est à voir et à revoir et à rerevoir.

Note : 9,5/10

L’avantage avec un film aussi international que celui-là, je peux mettre la bande annonce française ET anglaise. Comme ça, je peux contenter tout le monde.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire contre un peu de soleil Irlandais ?

8 commentaires sur “The Hobbit : The desolation of Smaug

  • Gargouilles

    Mes copains y sont allés hier soir. Sachant qu’ils m’avaient traînée voir le premier, je m’attendais à devoir y retourner… sauf que Meilleur Ami a dit que j’avais pas le droit, c’était interdit pour moi. Becoz pleins d’araignées, et ils ne veulent pas que je fasse une crise ^^
    Du coup, comme je n’ai jamais vu le SDA pour la même raison, et bien jamais je ne verrais le Hobbit non plus, et jamais je ne comprendrais les fans de Tolkien ^^

    • LadySo Auteur du billet

      Ah bah, avec les énormes araignées qu’il y a dans ce film (et pas qu’une en plus), c’est certain que tu n’aurais pas supporter. Mais c’est ce qui fait la magie du film (enfin, une partie). 90% ont peur des araignées (à un niveau plus ou moins élevé), alors il joue à nous faire peur (Peter Jackson est arachnophobe lui-même. Comment il a dû flipper pendant le montage…)
      Attention à ce que tu dis, ma belle ! Les fans de Tolkien sont les meilleurs. Achète-toi le dvd et met ce passage là en avance rapide ^^

  • Haha!

    WAAAAAAAAAAA! Bon, okay, juste lire ton article m’a fait repartir dans la salle obscure, et je suis dead. Merci Solène. ^^
    Aidan Turner, rrrr… J’avais découvert Being human l’an dernier avant la sortie de An unexpected journey, et dans celui-ci, je suis retombée amoureuse… Raaan… 😀
    Mais ban, je te l’ai dit, j’ai eu comme un coup de coeur pour Bard. 🙂
    PS: Je râle que tu l’aies vu en VO avec la voix de Benny, ugh. Moi aussi je pourrais l’écouter pendant des heures…

    • LadySo Auteur du billet

      Ahaha ! Bah justement, j’en reviens, du ciné. Ecrire l’article m’a encore plus donné envie de le revoir et du coup, j’y suis retournée…
      Et il n’y a pas à dire Aidan Turner, il les bat tous à plat de couture. Je suis totalement amoureuse de lui, là. Bard, ça va aussi, je l’aime bien, mais Kili surpasse tout le monde, dans mon cœur.
      Héhéhé, l’avantage d’être en Angleterre, c’est que je peux voir tous les films que je veux en VO, et c’est le pied. Et la voix de Ben, c’est juste…orgasmique. Quand Smaug nous sort « I am death », ça fait un peu con de dire orgasmique, mais je n’ai pas d’autres mots !